Project : Interprétations

L'interprétation... une forme scellée actualisée par une action. L'interprétation "classique" est une performance fondée sur les ressources de ses instruments : la malléabilité temporelle et dynamique.

Cependant, toute la structure mentale de l'auditeur est sollicitée. Or elle est fuyante, perméable au contexte et aux circonstances, et imprégnée même d'un état, d'une humeur qui n'existe que dans le flux du temps réel du concert. L'écoulement du temps intérieur est alors davantage influencé par la richesse et la cohésion du phénomène que par une vitesse d'exécution.

L'espace, comme paramètre musical, est une notion beaucoup plus vaste que la spatialisation, limitée la plupart du temps à une cinétique informe de sources acoustiques inertes. L'espace est le lieu de la genèse de phénomènes acoustiques vivants, c'est à dire autonomes. C'est le terrain d'expression de ce type d'interprétation.

Le temps et l'espace étant intimement lié, l'interprétation est l'actualisation d'une forme, sa projection dans l'espace d'écoute par l'espace de l'écoute.

C'est insuffler de la vie dans quelque chose qui a été figé.

L'espace d'écoute est la relation dynamique entre :

- le lieu, ses qualités acoustiques, architecturales, scéniques;

- le dispositif, c'est à dire l'effectif, suffisamment connu et maîtrisé pour en être affranchi;

- l'implantation, c'est à dire la disparition de la technique et technologie;

- le répertoire joué.

L'espace d'écoute, l'écoulement intérieur du temps, qui, davantage que notre perception d'une forme, renouvelle notre expérience de la perception.

Mais suivant quel modèle, quelle économie, quelle éthique? Et avec quel instrument? Et suivant quels modes de jeu? Ce sont ces questions qui sont abordées.

mediaContent